Publication sur data.gouv.fr

Ce jeu de données est publié sur data.gouv.fr.

Contacts

UMR 1069 SAS INRA - Agrocampus Ouest
Autre
65 rue de Saint-Brieuc Rennes - 35042 France
UMR 1069 SAS INRA - Agrocampus Ouest
Commanditaire
65 rue de Saint-Brieuc Rennes - 35042 France

Zones humides potentielles - Zones humides potentielles de Bretagne

Type : jeu de donnéesLicence : Licence Ouverte 2.0Catégorie : limitesÉchelle : 1 / 25000Dernière mise à jour : inconnue
Sols

Carte des zones humides potentielles de Bretagne calculée par application de l'indice de Beven-Kirkby à partir d'un Modèle Numérique de Terrain. Attention au bon respect des conditions d'utilisation : http://agro-transfert-bretagne.univ-rennes1.fr/Territ_Eau/CONNAISSANCES/Outils_d_analyse_du_paysage/ZHPot0.php?orig=ok

Origine de la donnée :

La méthode a été développée dans le Massif armoricain. Elle est particulièrement adaptée aux systèmes hydrologiques présentant des nappes superficielles se développant dans des milieux relativement peu perméables, notamment dans tous les massifs anciens (Massif Armoricain, Massif Central…). Elle a été développée pour les bassins versants d’ordre 1 à 3 (ordination de Stralher) (qui représentent souvent 80% de la superficie d’un bassin versant), où elle est bien adaptée. Elle sera moins pertinente dans les bassins versants d’ordre supérieurs, et dans les grandes zones humides (par exemple le marais de Redon), les marais littoraux. Dans ces zones humides cependant, le problème de la délimitation ne se pose pas vraiment.

Objectif : On entend par zone humide potentielle une zone qui selon des critères géomorphologiques et climatiques du bassin versant dans lequel elle s’inscrit, devrait présenter les caractéristiques d’une zone humide, en l’absence de toute intervention de l’homme (drainage, comblement, modification de la circulation de l’eau en amont ou en aval). La méthode permet de déterminer la limite de la zone humide potentielle. Elle ne détermine pas la nature de la zone humide (prairie humide, marais, tourbière…) ni les zones humides aujourd’hui présentes. Le principe de la méthode est fondé sur la topographie : on défini un indice topographique en tout point du bassin versant, proportionnel à la surface d’alimentation en amont de ce point (qui dépend donc de la convergence des lignes de flux depuis la crête du bassin versant) et de la pente topographique en ce point. La probabilité d’avoir une arrivée d’eau est proportionnelle à cette surface d’alimentation. La probabilité que cette eau reste en ce point est d’autant plus forte que la pente topographique est faible. C’est sur ce principe très simple, mais fondé physiquement, que la méthode est développée. Un seuil est choisi pour séparer les valeurs d’indices entre 2 populations : celle qui représente la zone humide potentielle, pour les points dont la valeur de l’indice est supérieure à un certain seuil ; ceux qui sont hors de la zone humide potentielle (en deçà de ce seuil). Ce seuil a été calé et validé sur des limites de zones humides cartographiées et identifiées à partir de cartes d’hydromorphie de sol. Ce seuil est par ailleurs dépendant de la taille du pixel de la base de données spatiale.

Cycle de vie de la donnée renseigné par le producteur :
Date de création : inconnue
Fréquence de mise à jour : ponctuelle
État : en cours

Ressources

Conditions d'utilisation

Agro-transfert Bretagne - Conditions d'utilisation.

Service WFS

http://geowww.agrocampus-ouest.fr/geoserver/wfs

Discussions

Chargement…

Aperçu des données

Étendue spatiale

Chargement de la carte